Revue de presse

Disque Les Messes retrouvées de Jehan Titelouze

Malgré leur importance insigne dans l’histoire de la musique, rares sont les occasions d’entendre les oeuvres foisonnantes de Jehan Titelouze. Les Meslanges et François Ménissier marquent à cet égard une importantz étape pour la redécouverte de ce répertoire en proposant la recréation contemporaine des messes polyphoniques du maître rouennais, imprimées en 1626 et retrouvées…en 2016, dans les archives de l’institut catholique de Paris. Encore tributaires de la science contraignante du contrepoint de la Renaissance, ces pages développées, d’une infinie poésie (Sanctus de la Messe à six voix) soutenues par les cornets, sacqueboutes et serpents, témoignent de la survivance, en pleine guerre de Trente ans, de la République des arts européenne héritée du siècle précédent. Dans la digne lignée d’André Isoir et comme pour prolonger le geste d’un Robert Bates, François Ménissier dévoile une nouvelle fois dans toute leur vitalité et subtilité contrapuntique, grâce à un jeu extrêmement tonique, les versets volontiers virtuoses du père de l’école d’orgue française, trop longtemps amoindris par la plus pénible sécheresse. Interprétés en alternance avec des faux bourdons de Jean de Bournonville, ils trouvent dans l’orgue franco-flamand construit par Dominique Thomas (2010) à Champcueil, dans l’Essonne, un medium idéal qui concourt à la réussite de ce très beau récital baroque.

Aurore Léger – Classica , Octobre 2019

Ce disque est un événement majeur ! [Clef d’or ResMusica]

Ce disque est un évènement majeur, il nous permet de connaitre une musique qui dormait depuis presque 400 ans. De plus, ces œuvres sont magistralement interprétées par des musiciens spécialistes qui ont su retrouver les codes et le style d’un art lointain, glorieusement ressuscité. Il est inutile de préciser que le volume deux qui contiendra les messes Simplici corde et Votiva est attendu avec une vive impatience.

Article complet ici

Frédéric Muñoz – ResMusica, Mars 2019

On ne pouvait en espérer lecture historiquement mieux informée [Diapason Découverte]

Meslanges ? Car Thomas Van Essen associe volontiers voix et instruments … Ces voix claires et vivement projetées animent les polyphonies savantes de Titelouze avec une grande souplesse dynamique … François Ménissier touche avec délicatesse et raffinement les versets d’orgue …Réjouissance de l’esprit et envoûtement des sens sont au rendez-vous

Denis Morrier – Diapason, Avril 2019

Cet enregistrement est à marquer d’une pierre blanche.

Musicien curieux, scrupuleux, passionné comme efficace, aussi épanoui que discret, Thomas Van Essen illustre depuis plus de vingt ans toutes les facettes du baroque, du français tout particulièrement. Son ensemble Les Meslanges, et ses amis nous permettent ici de découvrir des œuvres propres à restituer toute sa flatteuse réputation au correspondant de Mersenne.

Yvan Beuvard – Forum Opéra, 2019

Par l’éloquence expressive du geste, le soin apporté à l’équilibre sonore (orgue / autres instruments / texte chanté), le sens des couleurs, la clarté du contrepoint, l’accent ciselé des voix, la lecture suscite l’enthousiasme et permet de prendre la mesure de la redécouverte sonore d’un Titelouze ainsi réhabilité.

Classique News, 2019

Programme Meslanges sacrés & profanes

…Jamais l’ensemble n’a mieux mérité son appellation, tant les pièces présentées sont variées dans leurs caractères, leur expression et leurs couleurs… De surcroît, la saveur de la prononciation du Grand Siècle, associée à une technique très sûre de l’ornementation servent à merveille ces petits bijoux…

Yvan BeuvardForum Opéra, Août 2016

Inlassable défricheur, Thomas van Essen chante avec conviction des textes chargés de sens : l’émission est sonore, articulée, d’un timbre séduisant, avec tout le soutien et la conduite requis, sans compter le respect scrupuleux du style, de l’ornementation. Ce dernier éloge vaut pour chacun de ses amis, dont la technique instrumentale est consommée. La clarté d’émission, l’indépendance des lignes sont à signaler, particulièrement pour le luth de Jérôme Lefevre. Quant aux cornets et flûtes d’Eva Godard, c’est un plaisir de les entendre. Volny Hostiou, est incontestablement le virtuose de cet instrument davantage connu pour son nom et sa forme que pour ses qualités musicales.

Musicologie.org – 21 août 2016

Programme François Couperin, Messes pour Orgue

Le 10 mai 2016, en concert à Saint-Germain-des-Prés, c’est au côté de Jean-Luc Ho (photo), organiste et claveciniste dont les multiples talents ne cessent de s’affirmer à chaque nouveau projet, que Les Meslanges ont poursuivi l’exploration du grand répertoire français – en l’occurrence Vincent Lièvre-Picard (haute contre), Thomas van Essen (taille), Nicolas Rouault (basse-taille) et Volny Hostiou (serpent). L’ordonnancement du programme était à lui seul une petite merveille de cohérence historique, lieux et œuvres mêlés, ce concert étant dédié à la mémoire de Philippe Beaussant.

Article complet ici

Michel Roubinet – ConcertClassic.com

Programme 1515 Marignan !

…Bien que jeune, le festival ne déroge pas de sa ligne de conduite : ne pas céder à la facilité, faire partager des moments musicaux rares, rester exigeant et maintenir la grande grande qualité des concerts, dans un esprit très authentique et convivial… en cela nous vous remercions d’être les ambassadeurs de notre projet… Merci pour votre très beau concert, si vivant, le public a été « empoigné », emporté dans le tourbillon de musique et de récits guerriers… »

Pascale MannantLes Riches Heures de La Réole

Entre éclats guerriers et odes à la paix

L’ensemble Les Meslanges a présenté dimanche un vibrant plaidoyer pour la paix dans un programme d’hymnes et chansons concentré sur la date anniversaire de 1515. (…) C’est en effet plus qu’un concert qu’a proposé l’ensemble Les Meslanges à partir d’une évocation de la victoire de Marignan.L’ampleur polyphonique de la partition, la justesse et la pureté des voix dans un équilibre remarquable entre les timbres vocaux et instrumentaux.

Article complet ici

Jacques Weil – L’Alsace 04/10/2015

Curieux Meslanges

Cette année, les Meslanges ont choisi d’aller plus loin dans les recherches et le temps afin de célébrer comme il se doit la bataille de Marignan. Et pas n’importe quel anniversaire puisque Marignan… c’est 1515. L’Hôtel de Ville accueille les Meslanges pour la Méridienne du 18 septembre, soit 4 jours – et 500 ans – après la fin de la célèbre bataille qui vit le roi François 1er battre les mercenaires suisses.
Les Meslanges ont créé un programme autour de Marignan et de son retentissement dans les décennies qui ont suivi. Et dans ce florilège, on trouvera quelques curiosités comme la primesautière chanson La Guerre (Clément Janequin – 1528) qui évoque le champ de bataille avec force onomatopées…
Ce serait dommage d’arriver après la bataille… 1515 ? Marignan ! 

Rouen Magazine – 2015

Programme Musiques au temps de Jehan Titelouze

Un programme somptueux […] la musique du chanoine de Rouen, vivifiée et chaleureusement « humanisée » par le talent de François Ménissier, fut plus qu’un enchantement : un moment de grâce. D’autant que l’orgue n’était pas seul.[…] une absolue plénitude… a 8 : quatre voix et autant d’instruments à vent, le plus souvent réunis – à l’exception de l’étonnant Benedictus, duo pour cantus (soprano) et altus (haute-contre) soutenu par le serpent – mais dans une diversité de structures propulsant inlassablement cette œuvre fascinante.

Michel Roubinet – ConcertClassic.com

Le programme était constitué de quatre grands hymnes[…].François Ménissier a constamment adopté une régistration variée, originale, évoluant de la luxuriance chatoyante à l’intimité ; de la tendresse flûtée à l’allégresse resplendissante. Chaque verset des hymnes a été entrecoupé par les interventions de l’ensemble Les Meslanges, sur les plains-chantes et faux bourdons de compositeurs contemporains de Titelouze. L’auditoire y a été saisi par la plénitude harmonique d’un chant […] dont la simplicité limpide a su traduire une émotion sensible. La messe de Henri Frémart, à la polyphonie plus riche et complexe, a su conquérir l’auditoire par la beauté du chant (remarquable Eva Zaicik!) et une grande sensibilité… Les instruments à vent (cornet, sacqueboutes et serpent) ont accompagné avec gravité des voix aux timbres homogènes dans une célébration fervente. » Jacques Weil

Jacques Weil, L’Alsace – 2013
17 mars 2020