Les Messes retrouvées de Jehan Titelouze

Vol.2

Magnificat Quinti Toni Et exultavit spiritus meu

Ensemble Les Meslanges
Thomas Van Essen & Volny Hostiou, direction musicale

François Ménissier, grand orgue

Cécile Dalmon, sexta pars [I] , cantus [II]
Marie Théoleyre, cantus [I] et [III]
Raphael Mas, contra [III]
Vincent Lièvre-Picard, contra [I] et [III], tenor et intonation [II]
Vincent Bouchot, tenor [I]
Thomas Van Essen, quinta pars et intonations [ I], bassus (II), tenor et intonations [III]
Florent Baffi, bassus [I, II, III]

Eva Godard [I, II], Sarah Dubus [I], cornet à bouquin
Claire McIntyre [I, II], Christiane Bopp [I], Arnaud Brétécher [I, II], sacqueboutes
Volny Hostiou, serpent [I, II]

Liam Fennelly, dessus de viole [III]
Jonathan Dunford, taille de viole [III ]
Sylvia Abramowicz , taille de viole [ III]
Françoise Enock, basse de viole [III]

Plain-chant de l’hymne Annue Christe: Vincent Bouchot, Thomas Van Essen, Florent Baffi et Volny Hostiou (serpent)

La découverte de ces quatre messes imprimées en 1626 vient élargir considérablement le répertoire sacré à la charnière de la Renaissance et de la période baroque. Deux sont à quatre voix (Missa In ecclesia, Missa Votiva) et deux à six voix (Missa Simplici corde, Missa Cantate). L’ensemble Les Meslanges, sous la direction de Thomas Van Essen et de Volny Hostioua entrepris de les « recréer » pour la première fois. Ce sont maintenant les voix et les instruments qui vont exprimer la musique de ce compositeur, dont seule la musique d’orgue était parvenue jusqu’à nous. Elle fait de lui également le seul musicien français de cette époque à avoir composé pour l’orgue et pour les voix.

Le contenu de notre disque, second volume d’une intégrale
Ce second volume est composé d’une messe à quatre et une messe à six parties, entourées d’une hymne de Titelouze et d’un Magnificat de Jean de Bournonville (ca. 1585 – 1632), faisant alterner les versets à l’orgue de Titelouze et les versets polyphoniques de Bournonville.

MISSA SEX VOCUM SIMPLICI CORDE
6 voix doublées par cornets, sacqueboutes et serpent

MAGNIFICAT QUINTI TONI (Titelouze/Bournonville)
Versets à l’orgue et en polyphonie en alternance

MISSA QUATUOR VOCUM VOTIVA
 4 voix doublées par 4 violes

Hymne ANNUE CHRISTE
Alternance entre le grand orgue (Hymnes de l’Eglise pour toucher sur l’orgue , 1623) et le plain-chant (voix et serpent).

Textes et traductions

Vidéo

Un projet soutenu par l’Adami et le FCM.

L’Adami gère et fait progresser les droits des artistes-interprètes en France et dans le monde. Elle les soutient également financièrement pour leurs projets de création et de diffusion.

Extraits

Titelouze CD2 – Simplici Kyrie
Titelouze CD2 – Magnificat
Titelouze CD2 – Votiva Sanctus

Presse

Les Meslanges ont l’enthousiasme des défricheurs. La doublure des voix par des cornets, sacqueboutes, serpent ou violes crée de riches couleurs, sans jamais masquer la profération d’un texte savamment prosodié qui est leur raison d’être… La cohérence est telle qu’au détour d’un enchaînement, le miracle se produit : la première note de l’orgue semble sortir d’un gosier…

Vincent Genvrin, Diapason, janvier 2021

Beau geste. Si l’orgue dialogue en majesté avec les chanteurs […], cornets à bouquin, sacqueboutes et serpent doublent richement les voix. Ils laissent place à un quatuor de violes dans la Missa Votiva, d’autant plus intimiste et émouvante.

Sophie Bourdais, Télérama, mars 2021

Les effectifs vocaux, à un par partie ainsi que cela était pratiqué à l’époque, sont doublés par des instruments qui viennent renforcer les couleurs des voix. Ce n’est pas le moindre mérite des Meslanges que de parvenir à cet équilibre difficile. Les chanteurs sont d’unejustesse impeccable, sans aucun vibrato mais avec des couleurs vocales chaleureuses et expressives. Les choeurs instrumentaux sont eux aussi exemplaires, qu’il s’agisse des violes ou de l’ensemble cornets / saqueboutes / serpent. Quant à François Ménissier, sur le très bel orgue construit en 2010 par Dominique Thomas à Champcueil (Essonne), il est en total symbiose avec les voix dans la façon de « dire » la phrase musicale dans les pièces alternées. Une très grande réussite dont il faut saluer tous les acteurs, du musicologue-chercheur aux interprètes, en passant par les rédacteurs des livrets, documentés et passionnants.

Jean-Paul Combet, Couacs.info, avril 2021

L’enregistrement n’appelle que des éloges. Les voix – un chanteur par partie
– sont idéalement accordées, tout comme les instruments qui en assurent la doublure : l’harmonie, les équilibres et la dynamique sont au rendez-vous. Cornets, sacqueboutes et serpent, d’une part, ensemble de violes par ailleurs colorent les messes et le Magnificat et leur confèrent une profondeur inattendue. La conduite des lignes, l’intelligibilité du texte relèvent d’une incontestable maîtrise. Thomas Van Essen, orfèvre en la matière, signe non seulement une contribution majeure à la connaissance de ce répertoire mais aussi une réalisation musicale exemplaire.

Yvan Beuvard, ForumOpéra.com, 2020

Nous avions rendez-vous ce matin-là avec les deux musiciens Thomas Van Essen et Jehan Titelouze. Tous les curieux devraient s’y essayer. Ecouter les « messes retrouvées » de Jehan Titelouze interprétées par l’Ensemble Les Meslanges. Discuter avec Thomas Van Essen, co-directeur artistique de l’ensemble. Prendre alors rendez-vous avec une échappée des plus belles dans une époque à mi-chemin entre la Renaissance et la période baroque.

Anne-Sandrine Di Girolamo, Gangflow, 2020
7 février 2020